Toutes les Chroniques


Mise en ligne
Service BioMedia

   

Chroniques de la Collection de Zoologie

Un Cœlacanthe voyageur


Auteurs : Alexandre Mille, Amandine Péquignot et Santiago Aragon
Photos :  Guillaume Osès et Thomas Baspeyras


Le spécimen de l'Université Pierre et Marie Curie

Le Cœlacanthe de la collection de Zoologie de l'UPMC (UFR 927) est le 29ème capturé et officiellement référencé depuis la découverte de l'espèce en 1938. L'animal a été pêché par Houmad Mdérémane et Abdallah M'Djihari le 21 janvier 1965, à 23h00, au large de Matsamudu, capitale d'Anjouan, l'une des îles de l'archipel des Comores. Il est référencé comme CCC42 dans l'inventaire mondial de spécimens recensés (Bruton, M. N. & Coutouvidis, S. E. 1991. An inventory of all known specimens of the coelacanth, Latimeria chalumnae, with comments on trends in the catches. Environmental Biology of Fishes 32, 371-390).

 

Après sa capture, l’exemplaire a été offert au laboratoire d'Anatomie et Histologie Comparées de la Faculté de Sciences de Madagascar. Il a pu être obtenu pour la France grâce à l'intervention du ministre de l'Agriculture du Gouvernement des Comores. Une fois arrivé sur Paris, il a été offert par le professeur Anthony, titulaire de la chaire d'Anatomie Comparée du Muséum National d'Histoire Naturelle entre 1962 et 1984, au professeur Charles Devillers (1914-1999), du Laboratoire d'Anatomie Comparée de l'ancienne Faculté de Sciences de Paris, à l'origine de l'actuelle UPMC.

Entre 1962 et 1966, au premier étage du bâtiment A du campus de Jussieu, les responsables de l'enseignement de la Zoologie ont aménagé un musée pédagogique. Le Cœlacanthe a été alors placé dans une grande vitrine à l'entrée de la collection, attirant les étudiants vers l'intérieur des salles. Pendant plusieurs décennies, l'animal n'a pas changé d'emplacement et est devenu l'élément plus emblématique de la collection. Son corps témoigne aujourd'hui de ces longues années de quiétude. Son flanc droit, exposé à la lumière du couloir, est en effet nettement plus pâle que son flanc gauche, dirigé lui contre le mur, et qui a de ce fait gardé la coloration d'origine.
 

lire la suite --->