Université Pierre et Marie Curie

Génétique

Introduction
Génes et génomes
Polymorphisme
Mutagenèse
Analyse fonctionnelle
Cartographie
Biodiversite, évolution
Applications
Diagnostic prénatal
Thérapie génique
Dépistage systématique
Médecine légale
Typage dun individu
Interprétation des résultats et limites
Exemples
Organismes génétiquement modifiés en agronomie
Ethique
Glossaire
Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteBas de la pagePage suivante

Exemples

 

 

Identification

Figure 8- 26. Détermination d'un coupable possible .

 

 

Dans la figure 8-10, on peut exclure les suspects 2 et 3 qui présentent des bandes absentes dans l'ADN du spécimen. Par contre il faudrait tenir compte des probabilités d'obtenir un profil de type 1 avant d'inculper formellement le suspect 1. Les preuves ADN viennent en complément de l'enquête.

Paternité

Figure 8- 27. Exclusion de paternité à l'aide d'une sonde multilocus.

 

Dans le cas décrit dans la figure 8-11, l'enfant présente des bandes d'origine maternelles (1 à 7), les autres étant d'origine paternelles (A à F). Ces bandes ne sont pas présentent chez l'homme 2, ce qui l'exclue de façon certaine comme père possible. Pour assurer la paternité de l'homme 1 (toutes les bandes d'origine paternelle de l'enfant sont présentes dans son ADN), il faudrait calculer avec les banques mondiales de fréquence allélique, la probabilité d'obtenir avec cette sonde multilocus un tel profil. Ce n'est qu'en dessous d'un certain seuil que cette paternité serait " sûre "(ou considérée comme telle).

Problème d'immigration

 

Une analyse d'ADN devait établir si le garçon candidat au retour était bien le fils de la femme résidant en Angleterre, sachant que

* ni le père ni les soeurs de la mère n'étaient disponibles pour une analyse ADN

* la mère était sûre que le garçon était son fils mais ne pouvait préciser quel était le père

* la mère avait deux filles et un fils(au moins demi-frère et demi-soeurs du garçon) disponibles pour l'analyse ADN

De l'ADN de la mère, du garçon, du frère et des deux soeurs, a été digéré par HinfI et hybridé avec deux sondes multilocus identifiant des minisatellites (sondes multilocus).

L'analyse des résultats a été conduite en deux étapes :

1. tout d'abord établir l'empreinte génétique du père manquant. Les bandes d'origine non maternelles permettent cette reconstruction pour chacun des 3 enfants dont on est sûr. Un total de 39 bandes a été reconnu dont on trouve à peu près la moitié chez le garçon, supportant largement l'hypothèse qu'il est bien le frère des 3 enfants analysés.

2. Si l'on soustrait les fragments paternels chez le garçon, il reste 40 bandes maternelles qui sont toutes présentes chez sa mère supposée, ce qui favorise largement l'hypothèse que c'est bien sa mère.

On a ensuite pratiqué un calcul des probabilités (basé sur la probabilité de conservation d'une bande d'un individu à un autre non apparenté prise égale à 0,26, d'après les données sur un échantillon témoin).

  • Probabilité que le garçon ne fasse pas partie de la famille = 7 x 10-23 (basée sur les 61 bandes des empreintes maternelles ou paternelles
  • Probabilité que le garçon ne soit pas apparenté à la mère même s'ils partagent 25 bandes = 0,2625=2 x 10-15
  • Probabilité que la mère soit en réalité une tante du garçon même en partageant 25 bandes avec lui = 6 x 10-6

Ces probabilités ne permettant plus le doute , le garçon fut admis au retour en Angleterre.

 

 

Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteHaut de la pagePage suivante