Université Pierre et Marie Curie

Génétique

Introduction
Génes et génomes
Préparation de l’ADN à cloner
Les vecteurs
Ligation
Banque d’ADN génomique
Utilisation des fragments clonés
Les gènes
L’analyse des génomes
Recherche de gènes
Globine
Facteur VIII
Polymorphisme
Mutagenèse
Analyse fonctionnelle
Cartographie
Biodiversite, évolution
Applications
Glossaire
Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteBas de la pagePage suivante

Globine

 

 

L'état des connaissances en 1978

Chez les mammifères il existe deux familles de globines qui s'associent pour former l'hémoglobine (2 molécules de type et deux de type . Les gènes fonctionnels ne sont pas les même au cours de la vie.

Tableau 2-10. Les différentes hémoglobines humaines.

Les chaînes et ont une séquence primaire très ressemblante de 141 aminoacides. Les chaînes , , et sont également très ressemblantes. Il y a 10AA différents entre et (sur 146)et 37 entre et .

pic021.jpg

Figure 2-43. Période d'expression des différents gènes de globine

Les cellules de la moelle, qui sont à l'origine des globules sanguins, donnent des réticulocytes. Ce sont des cellules anucléées caractérisées par un réseau interne formé d'ARN cytoplasmique qui disparaît dans les 24h pour être remplacé par les globines (98% du contenu cellulaire). Ces réticulocytes ont un contenu fortement enrichi en ARNm spécifique des globines et .

pic022.jpg

Figure 2-44.Etapes de la formation d'un érythrocyte.

Stratégie de clonage

Figure 2-45. Stratégie pour l'isolement des clones d'ADNc globine

 

Résultats

En 1978 on n'avait pas encore mis au point le plasmide pBR322. Le plasmide de clonage est ici pMB9.

Il a fallu examiner de l'ordre de 1 200 clones pour en récupérer 4 susceptibles de porter de l'ADNc de globine. En effet, en l'absence d'un second marqueur permettant de repérer directement les vecteurs recombinés, la plupart de ceux qui avaient transformé les bactéries étaient des vecteurs non digérés ou religués sur eux-mêmes.

L'ADN plasmidique de ces quatre clones a été soumis à plusieurs essais pour déterminer ce qu'ils portaient réellement.

Vérification

Taille
On tente d'abord d'estimer la taille de chaque plasmide recombiné. La migration d'un fragment d'ADN peut s'estimer par comparaison de sa mobilité dans un champ électrique avec celle de fragments de taille connue (ADN de l digéré par une enzyme de restriction connue, par exemple). Cela est vrai pour les fragments linéaires, mais les petits ADN circulaires sont en formes plus ou moins super-enroulées (torsion de la double hélice sur elle-même), ce qui leur fait prendre une conformation globulaire (comme lorsqu'on torsade un élastique et qu'il se pelotonne sur lui-même) qui migre plus rapidement puisque moins encombrante. Chaque type de molécule avec un nombre donné de supers-tours a une vitesse de migration propre et à un même plasmide vont correspondrent plusieurs conformations de la molécule. On pourrait envisager de faire une digestion du plasmide pour le linéariser, mais comme c'est un ADN recombiné et qu'on n'a aucune indication sur les sites de restriction de l'insert (Fragment d'ADN étranger), on ne peut pas choisir une enzyme qui n'a qu'un site dans le plasmide recombiné. Les auteurs de ce premier clonage de gène humain ont choisi de prendre comme repère les caractéristiques de migration de la forme la moins rapide pour chaque plasmide non digéré, en espérant que la conformation serait à peu près la même pour tous. Après électrophorèse en gel d'agarose ils ont obtenu le résultat de la figure ci-dessous

                          Figure 2-46. Vérification de la taille des plasmides obtenus.

 

On constate que le plasmide du clone 3 migre comme le plasmide non recombiné pMB9, il ne porte qu'un tout petit insert ou pas d'insert du tout . Quant aux clones 1, 2 et 4 leur taille est sensiblement supérieure à celle du plasmide natif, ils ont donc un insert qui peut être intéressant (puisqu'on est parti d'une source d'ARNm qui contenait 98% de ce que l'on recherche).

On a ensuite voulu identifier la séquence de l'insert pour chaque clone. Plusieurs expériences étaient envisageables:

* Par hybridation avec des ADNc purifiés d' ou de globine (il faut faire une électrophorèse de ces ADNc séparés en gel dénaturant de polyacrylamide pour avoir une séparation acceptable car leurs tailles sont très voisine) marqués radioactivement. Les clones dont le plasmide a un insert de globine doit retenir plus de radioactivité lorsqu'il est hybridé avec cette espèce d'ADNc qu'avec l'autre.

* En digérant les plasmides par diverses enzymes de restriction, il doit bien y en avoir quelques unes qui vont faire apparaître des bandes différentes de celles obtenues avec le plasmide natif.

Chacune de ces méthodes a été utilisée.

Hybridation

L'ADN plasmidique de chaque clone est préparé et fixé sur deux membranes. Chaque membrane est incubée soit avec de l'ADNc d' globine, soit avec de l'ADNc de globine marqués radioactivement. Après rinçage la radioactivité retenue par chaque membrane est comptée à l'aide d'un compteur à scintillation.

 

ADN plasmidique du clone n°

% de radioactivité retenue avec l'ADNc

% de radioactivité retenue avec l'ADNc

1

65

6

2

4

51

3

0

0

4

4,5

84

pMB9

0

0

On peut voir avec le témoin du plasmide seul pMB9 la radioactivité retenue de façon aspécifique. Dans le cas présent cette valeur est nulle: il n'y a aucun bruit de fond. Le clone 3 a les mêmes caractéristiques que pMB9, il ne contient pas d'insert. le clone 1 retient beaucoup plus d'ADNc de type , il doit contenir un insert d'ADNc de type alors que les clones 2 et 4 ont eux un insert d'ADNc de type . Il faut remarquer que les clones présentent tous les trois une certaine hybridation croisée avec l'autre type d'ADNc. Il y a deux raisons à cela:

* les ADNc ne sont probablement pas parfaitement séparés par l'électrophorèse en gel dénaturant de polyacrylamide compte tenu de la faible différence entre eux;

* même si cette séparation était parfaite il y a suffisamment d'homologie de structure entre les deux molécules pour qu'il y ait un peu d'hybridation croisée.

Les clones ne retiennent pas toute la radioactivité correspondant à leur type: lors de la renaturation il y a compétition entre les brins du clone et les brins marqués de l'ADNc. Néanmoins ces résultats sont une bonne indication du contenu de chaque clone.

 

Digestion par enzymes de restriction

Le plasmide natif présente un site unique pour EcoR I, utilisé pour y inclure l'insert. Les plasmides recombinés doivent donc avoir perdu ce site là (par contre il peut en avoir d'autres dans l'insert lui-même. BamH I est aussi présent en un seul exemplaire dans pMB9, et a été conservé dans le plasmide recombiné mais il peut y en avoir d'autres dans l'insert. Les ADN plasmidiques de chacun des quatre clones est digéré d'une part par EcoR I et de l'autre par BamH I.

 

 

On constate que le clone 3 donne exactement les mêmes bandes que pMB9. Pour les clones 1,2 et 4 certains sites sont d'origine plasmidique alors que d'autres étaient portés par l'insert.

 

clone

sites dus à pMB9 recombiné

sites dus à l'insert

conclusion

témoin pMB9 natif

1 BamH I

1 EcoR I non perdu car non recombiné

vecteur natif

3

1 BamH I

1 EcoR I non perdu car non recombiné

vecteur natif

1

1 BamH I

1 EcoR I porté par l'insert

insert avec 0 site BamH I et 1 EcoR I

2 et 4

1 BamH I

1 EcoR I et 1 BamH I portés par l'insert

insert avec 1 site BamH I et 1 EcoR I donc différent du clone 1

 

La dernière expérience pour identifier ces inserts est leur séquençage. Les séquences pour les inserts des clones 2 et 4 sont les mêmes et lorsqu'on essaie de traduire les nucléotides en acides aminés, on met en évidence une phase de lecture non interrompue( phase ouverte de lecture ou ORF pour open reading frame) qui correspond à la séquence protéique de la globine. la séquence de l'insert du clone 1 traduite donne la séquence protéique de l' globine.

Recherche du gène génomique

Après cette première étape les mêmes auteurs ont cherché le gène génomique codant pour chacune de ces deux protéines.

La banque génomique humaine a été construite avec un vecteur l gt11 ( l d'insertion). Elle contenait de l'ordre de 10 5 à 10 6 clones.

La stratégie de repérage des clones contenant le gène génomique était l'identité de séquence sur les exons. Les inserts des clones 1 et 2 précédemment isolés ont été marqués radioactivement avec du 32 P et ces sondes ont servi pour hybrider les séries de clones de la banque génomique.

Il a fallu hybrider 300 000 clones d'ADN génomique pour obtenir un clone contenant le gène de la globine.

 

Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteHaut de la pagePage suivante