Université Pierre et Marie Curie

Génétique

Introduction
Génes et génomes
Polymorphisme
Origine
Repérage moléculaire
Effet des mutations
Génotype, phénotype
Mutations dans la phase codante
Régulation ou épissage
Mutagenèse
Analyse fonctionnelle
Cartographie
Biodiversite, évolution
Applications
Glossaire
Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteBas de la pagePage suivante

Régulation ou épissage

Régulation ou épissage

Les mutations peuvent également altérer les gènes qui codent les protéines si elles se produisent dans des régions extérieures à la phase ouverte de lecture. Il y a des zones régulatrices qui mutées vont modifier le niveau d'expression d'un gène et donc altérer le phénotype du sujet.

On connaît des mutations dans la région d'initiation du gène de la pic073.gifglobine qui provoquent des thalassémies Les figures 3-23 et 24 montrent les zones proximales et distales du coté 5' du gène pic074.gifglobine qui interviennent dans sa régulation. Parmi les zones proximales on reconnaît les éléments communs à de nombreux gènes la GC box, la CAAT box, qui jouent le rôle d'enhancer et la TATA box, où se fixe l'ARN polymérase.

Pour plus de détails reportez-vous au cours de régulation cellulaire.

pic077.jpg
Figure 3-29. Zone régulatrice de la pic078.gifglobine proche de l'extrémité 5'.

 

pic079.gif

Figure 3-30. Région régulatrice à grande distance, en 5' des gènes de la famille pic080.gifglobine.

De nombreux organismes eucaryotes surtout pluricellulaires ont des gènes morcelés. L'élimination des introns et la mise bout à bout des exons de façon correcte se fait sur l'ARNm tout de suite après sa synthèse avant qu'il quitte le noyau. Des séquences signal indiquent précisément les sites d'épissage.

Figure 3-31. Séquence consensus de pied d'intron.

Ces séquences consensus, si elles sont modifiées ne donneront plus un signal correct, d'autre part des changements en dehors de ces séquences consensus peuvent créer d'autres signaux qui indiqueront un autre épissage qui entrera en compétition avec celui qui existe normalement. On connaît de telles mutations qui provoquent des déficits de globine et un phénotype thalassémique.

pic081.jpg

Figure 3-32. Mutation dans un site d'épissage

En conclusion il faut retenir qu'une mutation est une altération de l'ADN et qu'elle est héréditaire. Les mutations peuvent n'avoir aucun effet sur le phénotype ou le modifier plus ou moins profondément, par des processus variés. Aucune prévision n'est possible, seule l'observation et l'expérimentation permettent de conclure.

pic082.jpg

Figure 3-33. Modification des modalités d'épissage.

 

Page d'accueilTable des matièresNiveau supérieurPage précédenteHaut de la pagePage suivante